Le choix et la définition d'un essai de corrosion dépendent de nombreux facteurs, comme la nature du matériau ou l'environnement que l'on souhaite simuler

Selon que l'on veuille réceptionner (ou valider) un matériau ou encore choisir le matériau adéquat d'un équipement industriel pour une nouvelle application (ou un nouveau procédé), la démarche pour simuler et/ou mesurer la corrosion sera différente.

C'est pourquoi on distingue plusieurs types d'essais/mesures de corrosion :

  • Les essais de recherche

Leur but est d'étudier un mécanisme ou un mode particulier de corrosion dans un milieu bien spécifique. Le plus souvent, ils font l'objet de techniques électrochimiques et de techniques de pointe particulières.

Les résultats obtenus sont publiés dans des articles spécifiques.

 

  • Les essais de documentation

Ces essais, souvent normalisés, ont pour but principal de déterminer une grandeur spécifique afin de comparer la résistance à la corrosion de différents alliages.

Exemple : détermination de la température critique de piqûre suivant la norme ASTM G150

 

  • Les tests de corrosion normalisés

Souvent utilisés pour réceptionner un matériau, leur objectif est de tester sa résistance à une ou plusieurs forme(s) de corrosion donnée(s) dans un environnement spécifique et suivant une norme. Ils peuvent également permettre de comparer la résistance à une forme de corrosion particulière de plusieurs matériaux.

 

  • La mesure de la corrosion par essais de simulation

Il s'agit d'essais sur mesure qui sont spécifiquement définis afin de se rapprocher le mieux possible des conditions d'utilisation d'un matériau ou d'une pièce.

Exemple : développement d'un circuit pour étudier le comportement des matériaux le constituant sous l'effet de la circulation du fluide

 

  • La détermination du comportement dans un milieu donné : utilisation des mesures électrochimiques

Avec les essais de simulation, les techniques électrochimiques sont les seules qui permettent des mesures dans un environnement le plus proche possible de la réalité. Ces techniques permettent de savoir quel mode de corrosion est susceptible de se développer sur le matériau et de qualifier la résistance au mode de corrosion observé à l'aide de paramètres spécifiques.

corrosion-cellule-2

Cellule électrochimique permettant de tester la surface brute des matériaux

 

  • La mesure de la corrosion en service

Il s'agit d'une mesure de la corrosion réalisée directement sur l'installation par l'utilisation de coupons ou de manchettes qui sont régulièrement prélevés et expertisés en laboratoire.

 

Nos compétences

Le Cetim Grand Est dispose des compétences nécessaires pour réaliser l'ensemble de ces essais et plus particulièrement :

  • Définition et mise en place d'essais normalisés, dont :
      • Essais de résistance à la corrosion caverneuse d'un acier inoxydable suivant la norme ASTM G48

      • Essais de résistance à la corrosion sous contrainte d'un aluminium suivant la norme ASTM G47

      • Essais de brouillard salin neutre, brouillard salin cyclé, CASS TEST ou en enceinte climatique

      • Mesures électrochimiques selon les normes ASTM F2129 et ASTM F746-04

 

  • Essais d'immersion (y compris en température), permettant la mesure de la vitesse de corrosion uniforme par pesée. Par exemple :
      • Mesure de la vitesse de corrosion d'un alliage de nickel dans de l'acide chlorhydrique bouillant

 

  • Mesure de corrosion dans un milieu donné par techniques électrochimiques (utilisées régulièrement pour les études R&D portant sur la tenue à la corrosion) :
      • Etude du comportement d'alliages d'aluminium dans l'eau déminéralisée à différentes températures avec et sans oxygène
      • Etude de la stabilité d'un biomatériau en milieu biologique sous conditions d'inflammation simulées
      • Etude de la tenue à la corrosion d'un acier inoxydable issu de fabrication additive par rapport aux aciers issus de fabrication conventionnelle
      • Aide au choix du produit de nettoyage d'un réacteur de fabrication de caoutchouc
      • Mesure de couplage galvanique entre différentes pièces d'une pompe et d'un débitmètre
      • Etude de la résistance de différents revêtements dans le but de déterminer le plus adéquat à l'environnement
      • Choix de l'alliage le plus résistant (parmi des bases nickel) dans l'acide nitrique 65% à 80°C

 

  • Le développement d'essais sur mesure, notamment les boucles de corrosion

 

  • La réalisation d'essais en autoclave (jusqu'à 300°C et jusqu'à 200 bars)

 

  • L'aide au choix des nuances des coupons pour les mesures de corrosion sur site, puis leur expertise en laboratoire

 

Nos principaux équipements pour les essais de corrosion

      • 4 enceintes de brouillard salin
      • 5 enceintes climatiques
      • 1 enceinte de condensation
      • 6 potentiostats équipés d'analyseurs de réponse en fréquence, avec différentes formes et tailles de cellules électrochimiques
      • 1 autoclave CORMET en Hastelloy C276 (5 litres, 300°C, 200 bar) avec électrochimie intégrée

 

corrosion-courbe
 

Courbes de polarisation obtenues en 4h sur des feuillards en aluminium

Comparatifs de la tenue à la corrosion de traitements de conversion avec et sans chrome VI


CETIM Grand Est
21, rue de Chemnitz
BP 2278 - 68068 Mulhouse Cedex
Tél : 03 89 32 72 20 - Fax : 03 89 59 97 87